Passer au contenu principal

805-4821

Grand public
60 minutes

Horaire détaillé

Date Heure Lieu
26 novembre 2020 19 h 00 Virtuel et présentiel En français
26 novembre 2020 21 h 00 Virtuel En anglais
27 novembre 2020 19 h 00 Virtuel et présentiel En anglais
27 novembre 2020 21 h 00 Virtuel En français
28 novembre 2020 19 h 00 Virtuel En français
28 novembre 2020 21 h 00 Virtuel En anglais

Production de We Quit Theatre
Création de Davis Plett et Gislina Patterson
Codiffusion avec le Festival Fringe d’Ottawa et La Nouvelle Scène Gilles Desjardins

Équipe de création

Direction et dramaturgie Gislina Patterson
Interprétation et texte Davis Plett
Traduction Zoe Lambrinakos-Raymond

805-4821 est le récit d’un coming out trans reconstitué à partir d’autres histoires: un dialogue tiré du Hamlet de Shakespeare, quelques bribes de souvenirs d’un cours de natation et une correspondance Facebook de quelque 80 000 mots.

Initialement conçu pour un rétroprojecteur modifié, We Quit Theatre (Winnipeg) propose une version sous forme d’une performance virtuelle d’écriture en direct. 805-4821 explore les notions de mémoire, d’identité et d’amour dans une ère apocalyptique. Ici les hommes ne sont pas tous des hommes.

Établi à Winnipeg, We Quit Theatre est le projet de performance de Gislina Patterson et Davis Plett. Leur pièce 805-4821 leur a valu le prix Buddies in Bad Times Vanguard Award for Risk and Innovation à SummerWorks. Ils travaillent en ce moment sur i am your spaniel, or, A Midsummer Night’s Dream by William Shakespeare by Gislina Patterson.

Avertissement : Le texte de cette performance contient des références explicites à la sexualité, à la dysphorie de genre, à des pensées violentes intrusives et au traumatisme sexuel.

KIT 805

À l’achat (ou réservation) d’un billet*, vous recevrez un colis par la poste avec le nécessaire pour accompagner votre participation à l’œuvre. Énigmatique, non?

*Applicable pour les billets achetés avant le 19 novembre.


Échangez sur la transidentité

En vue de la diffusion de 805-4821, le Théâtre Catapulte présentera deux tables rondes virtuelles le 24 novembre. Animées par Lionel Lehouiller, artiste trans originaire d’Ottawa-Gatineau, elles seront l’occasion pour les internautes d’échanger avec les créateurs de la pièce, Davis Plett et Gislaine Patterson et des intervenants de la communauté trans de la région.

  • En français à 18h30 – Les aliénations de la langue française : l’auto-identification au sein d’une langue et culture binaire
  • En anglais à 20h – Hamlet and their ghost : The feeling of dissociation within the trans experience

Pour toutes les informations et pour réserver.


La version française de 805-4281 a été rendue possible grâce à l’appui du OFFTA, festival d’arts vivants.

La diffusion de la pièce ainsi que les activités entourant celle-ci sont appuyés par Ottawa Bilingue, un projet de l’ACFO d’Ottawa financé par le gouvernement du Canada.

Il y aura des représentations en français et en anglais.

 

Extraits du texte :

« Facebook Messenger, 9 déc. 2017 :

GISLINA : voici à quoi ressemble l’ultime Gislina : 

Elle a un pick-up et pas d’emploi  

et elle est out 

DAVIS : le fantôme du futur ultime de gislina

fait rugir le moteur de son pick-up en approbation!

GISLINA : j’espère qu’il est assez patient pour m’attendre!

est-ce-que tu sais à quoi ressemble l’ultime davis?

DAVIS : quitte le passé,

traverse la tristesse et l’obsession,

et ne conduit plus jamais son auto

GISLINA : j’ai hâte de le rencontrer

Ceci est un extrait d’une correspondance de 80,000 mots sur Facebook 

entre moi et Gislina Patterson d’août 2017 à janvier 2018

pendant que j’étais censé faire la recherche pour ce film.

Gislina et moi appelons cette correspondance LE ROMAN parce que

même si l’on a écrit à propos de beaucoup de vraies choses

(les émissions qu’on aimait,

nos relations, 

le nom qu’on donnerait à notre band si l’on en avait un) 

c’est aussi très long

intéressant seulement pour ceux qui l’on écrit,

et surtout de la fiction.

Au début décembre,

quand on écrit ces messages sur nos identités ultimes,

Gislina n’a pas de pick-up 

ça me prend une heure conduire jusqu’en ville

et on n’est pas out.

Au lieu de cela, nous jouons à Hamlet et à Ophelia. »