Passer au contenu principal

Madame Catherine prépare sa classe de troisième à l’irrémédiable

Lieu

La Nouvelle Scène Gilles Desjardins

Réservez maintenant

Horaire détaillé

Mercredi 15 avril à 10h (75 places) et à 13h00 (74 places);
Jeudi 16 avril à 10h (83 places);
Vendredi 17 avril à 10h (83 places).

Dernière mise à jour : 27 juin 2019

14 ans +

65 min

Thèmes abordés

La violence
L'obsession sécuritaire
La paranoïa
Notre rapport aux armes à feu

Pour préparer vos élèves

De Elena Belya
Une production du Théâtre Surreal Soreal. Un accueil du Théâtre Catapulte.

Équipe de création

Texte et interprétation : Elena Belya
Traduction : Olivier Sylvestre
Mise en scène : Jon Lachlan Stewart
Éclairages et accessoires : Zoe Roux
Décor et accessoires : Cédric Lord
Assistance à la mise en scène : Amanda Goldberg
Madame Catherine : Alice Pascual
Mister Christopher : Frédéric Lavallée

Bienvenue dans la classe de madame Catherine. Votre professeure de troisième année sait que le monde dans lequel vivent ses élèves est irrémédiablement violent et dangereux. C’est pourquoi, en cette dernière journée d’école, elle vous a préparé une leçon d’une importance capitale. Votre survie en dépend… mais les choses ne se passent pas tout à fait comme prévu.

Dans cette mise en scène de Jon Lachlan Stewart (Big Shot, salle intime, Prospero 2017), madame Catherine vous plonge dans sa propre paranoïa, passant du profilage racial à l’obsession sécuritaire, avec en arrière-plan, la crainte viscérale d’une tuerie de masse, et le besoin de s’en prémunir par tous les moyens. Mais derrière toute paranoïa se cache une indicible vérité. Madame Catherine est une comédie noire d’une inquiétante étrangeté sur un monde en dérive, un monologue abordant notre rapport aux armes à feu, où le tragique nous guette et plane au-dessus de la tête de tous les petits adultes en devenir.

Pourquoi cette pièce pour mes élèves?

  • Un solo étonnant d’une interprète exceptionnelle, Alice Pascual!
  • Le public est une partie prenante de la pièce, devenant les élèves de Mme Catherine.
  • Une réflexion foisonnante à la fois sur l’anxiété ambiante face aux tueries de masse par le truchement d’un personnage qui sombre dans la folie, et sur la gestion individuelle et collective de la peur face aux armes à feu.